Consultation chez le dentiste

Sommaire

La consultation chez le dentiste permet d'instaurer un dialogue avec le praticien.

La consultation chez le dentiste est la première étape avant d'envisager des soins dentaires ou la pose d'une prothèse. En moyenne, le délai d'obtention d'un rendez-vous chez un chirurgien-dentiste est d'un mois.

Étapes d'une consultation chez le dentiste

La première consultation est un moment très important. Une consultation chez un dentiste doit durer au minimum 30 min, afin que le dialogue puisse s'installer entre le praticien et le patient.

Voici les différentes étapes d'une consultation dentiste réussie :

  • Le questionnaire médical :
    • Le praticien doit connaître vos antécédents médicaux ainsi que vos traitements en cours.
    • Un diabète peut par exemple entraîner des problèmes de gencives ou encore un traitement anticoagulant doit être stoppé avant une extraction.
  • L'examen buccal : le chirurgien-dentiste va ensuite procéder à un examen en bouche afin de détecter :
    • d'éventuelles caries ;
    • des prothèses à renouveler ;
    • des problèmes de gencives (maladies parodontales) ;
    • des problèmes dans les articulations temporo-mandibulaires.
  • La prise de radios : afin d'affiner l'examen, le chirurgien-dentiste prendra éventuellement des clichés radios (unitaires ou panoramiques).
  • La prise en charge des soins urgents : la consultation doit être également l'occasion d'effectuer des soins urgents :
    • une couronne à resceller ;
    • une petite obturation à réaliser ;
    • un détartrage...
  • Le plan de traitement et le devis : lors de l'examen, le chirurgien-dentiste a noté toutes les particularités sur le schéma dentaire et peut ensuite proposer un plan de traitement au patient :

Profitez d'une consultation chez le dentiste pour vous rassurer et poser vos questions !

La consultation chez le dentiste est le moment idéal pour :

  • Faire part de ses angoisses : la fameuse « peur du dentiste ».
  • Expliquer ses attentes par rapport à d'éventuelles prothèses : souci d'économie, souci d'esthétique...
  • Poser toutes les questions sur sa santé bucco-dentaire.

Bon à savoir : avec le dispositif « M'T dents », l'assurance maladie prend en charge à 100 %, pour tous les enfants et adolescents de 3, 6, 9, 12, 15, 18, 21 et 24 ans, un examen bucco-dentaire de prévention chez le chirurgien-dentiste ou le stomatologue, et de soins, si nécessaire (article L. 2132-2-1 du Code de la santé publique). Ce programme a également été étendu aux femmes enceintes, du 4e mois de grossesse jusqu'au 12e jour après l'accouchement. 

Demandez un devis lors de sa consultation

Les soins dentaires sont pris en charge à 60 % par la Sécurité sociale et à 40 % par les mutuelles. Par contre, les remboursements de prothèses dentaires peuvent varier d'une mutuelle à l'autre. Il est donc primordial d'obtenir un devis de prothèses, d'implant ou de soins de gencives très précis avant de commencer un traitement.

Bon à savoir : au 15 octobre 2023, le remboursement des soins dentaires par la Sécurité sociale est passé de 70 % à 60 % (arrêté du 12 octobre 2023).

Quand la part restant à charge est calculée, une entente financière est notée et signée. À noter qu'un délai sera sans doute nécessaire au chirurgien-dentiste avant de présenter le devis.

Bon à savoir : la Complémentaire santé solidaire (ex-CMU-C) prend en charge les soins dentaires prothétiques ou d'orthopédie dento-faciale au-delà des montants remboursables par la Sécurité sociale, dans la limite de montants fixés par arrêté (panier de soins dentaires Complémentaire santé solidaire). Ces montants ont été revalorisés depuis le 1er octobre 2017 suite à l'arrêté du 19 avril 2017.

À noter : le 1er novembre 2019, la CMU-C et l'ACS ont fusionné pour devenir la Complémentaire santé solidaire (article 52 de la loi n° 2018-1203 du 22 décembre 2018 de financement de la sécurité sociale pour 2019). La Complémentaire santé solidaire (CSS) peut être accordée avec ou sans participation financière selon l’âge et le niveau de ressources du bénéficiaire. Les droits restent les mêmes que ceux appliqués dans le cadre de la CMU-C. Depuis le 1er janvier 2022, les bénéficiaires du RSA bénéficient automatiquement de la CSS, sauf opposition expresse (loi n° 2021-1754 du 23 décembre 2021). Depuis le 1er avril 2022, les démarches pour accéder à la CSS sont simplifiées pour les bénéficiaires de l'ASPA qui n'ont plus à remplir la déclaration de ressources (décret n° 2022-565 du 15 avril 2022).

 

Qu'avez-vous pensé de la vidéo ?

Ces pros peuvent vous aider